(De la gauche vers la droite : Aigboje Aig-IMOUKUEDE, Fondateur & Président de Coronation Capital, Ismaïl Omar Guelleh, Président du Djibouti, Vera SONGWE, Secrétaire Générale de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique, Mokgweetsi MASISI, Président du Botswana, Halima DANGOTE, Directeur Exécutif de Dangote Floor Mills, Abiy AHMED Premier Ministre d’Ethiopie, Michel SIDIBE, Directeur Exécutif d’ONUSIDA, Zouera YOUSSOUFFOU, CEO de la Fondation DANGOTE, Didier DROGBA, ex-footballeur international ivoirien)

L’agence ACT Afrique Communication, filiale du groupe ACT Afrique Group, a fièrement participé au Africa Business Health Forum (ABHF) 2019 à Addis-Abeba ce 12 février en marge du 32e Sommet de l’Union Africaine. La Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), la Fondation Aliko Dangote et le Global Business Coalition for Health (GBCHealth) ont uni leurs forces pour organiser conjointement cet événement. Ce rendez-vous réunissait des dirigeants africains – gouvernements, directeurs généraux, dirigeants d’entreprise et du secteur financier, philanthropes et représentants de haut niveau de l’Union Africaine et du système des Nations Unies. Les discussions ont principalement tourné autour de la nécessité de faciliter les investissements afin de faire évoluer le système de santé en Afrique.

L’Afrique enregistre l’un des plus forts taux de croissance démographique. Cette situation exige un investissement important pour doter le continent d’un système de santé solide répondant aux besoins actuels et permettant de combattre efficacement les épidémies. Aigboje Aig-Imoukhuede, un financier renommé et co-président de GBCHealth, évoquant ce sujet, affirmait : « Il est nécessaire de combler le fossé sur l’inégalité de la vie en Afrique du point de vue des soins de santé et nous devons chercher à développer un plan universel qui permette de véritablement changer les choses en matière de soins de santé en Afrique. La santé doit cesser d’être une source de douleur, pour plutôt devenir une source de prospérité. »

Pour les acteurs privés de la santé notamment les entreprises, le secteur de la santé et du bien-être en Afrique est un vaste marché estimé à près de 1 800 milliards de dollars US d’ici 2030 selon une étude. L’ABHF a été l’occasion pour inciter ces derniers à accroître davantage leurs investissements dans ce secteur qui regorge de débouchés intéressants.

Au cours de l’événement, la CEA a publié un rapport intitulé « Afrique: santé et croissance économique », qui décrit les opportunités et les gaps qui peuvent être comblés par le secteur privé. La Fondation Aliko Dangote et le GBCHealth ont également lancé la African Business Coalition for Africa (ABCHealth), qui vise à promouvoir des solutions privées pour le secteur de la santé en Afrique.

Les sessions ont démarré avec un débat de haut niveau avec les Ministres africains des finances et de la santé, des dirigeants du secteur privé, d’ONG et le directeur Afrique du FMI sur « La santé : moteur économique en Afrique ». Des sessions parallèles ont aussi eu lieu autour des thèmes :

  1. Financement domestique du secteur de la santé en Afrique
  2. Transformer le secteur de la santé en Afrique
  3. Présentation et promotion de partenariats public-privé (PPP) dans le secteur de la santé en Afrique.

Les engagements pris et la présentation de plusieurs instruments afin de changer le visage des soins de santé en Afrique ont fait de cette édition une véritable réussite.

Une réussite à laquelle l’agence ACT Afrique Communication est honorée d’avoir contribué par l’intermédiaire de monsieur Ibrahima Cheikh Diong, PDG de ACT Afrique Group, qui a été le facilitateur de l’événement.